Pourquoi je me sens seul ?

la semaine de 15 heures avec Stéphane Bride-Bonnot

Nous avançons dans notre vie sur la construction d’un personnage.

Puisque à la base, nous sommes pure potentialité, nous sommes le tout, nous pouvons endosser le rôle que nous souhaitons, à chaque instant.

Mais comme nous sommes incarnés dans la matière, dans l’illusion de la séparation, nous sommes effrayés par ce néant.

Nous construisons alors notre personnage, qui devient notre identité, en s’appuyant sur quelques injonctions que nous avons entendu dans notre plus tendre enfance.

Nous passons tout notre temps à défendre ce personnage, à le renforcer, pour ne pas retomber dans le néant.

C’est ici le rôle propre de l’ego.

L’ego vit l’illusion de la séparation, alors il a besoin d’appartenance.

Il va donc dépenser une énergie considérable pour maintenir le conditionnement de ce personnage.

Mais comme ce personnage, ce n’est pas nous, mais ce que les autres attendent de nous, de par leur injonction, de par leurs croyances, de par leurs peurs…

Il y a donc une distorsion entre ce que nous sommes, nos désirs profonds, nos valeurs, et ce que nous nous défendons à renvoyer à la société au quotidien.

Ce qui nous conduit à des blocages énergétiques, des frustrations, des souffrances, des maladies…

Alors nous cherchons des solutions pour développer notre bien-être, et nous entrons dans la voie du spirituel…

Nous sommes en quête de notre identité profonde, mais nous n’osons pas lâcher tout ce qui nous fait exister jusqu’à présent, parce que l’ego a peur de l’inconnu…

Mais plus ça va, plus on avance, plus le fossé se creuse entre ce que nous sommes réellement et ce que nous paraissons être.

Nous ne voulons plus écouter les autres, nous comprenons que nous sommes autre chose…

Mais cette autre chose, c’est notre unicité, il n’y a pas deux humains semblables.

Alors on se sent de moins en moins compris, on trouve de moins en moins d’appartenance, et c’est ça qui provoque en nous ce sentiment d’être seul.

la semaine de 15 heures avec Stéphane Bride-Bonnot

Nous pouvons remplir ce sentiment de solitude par de l’amour, tout simplement en se connectant à notre divinité intérieure.

Mais comme nous ne savons pas faire, alors nous continuons à nourrir l’ego, en cherchant des semblables.

C’est ainsi que des communautés se créent autour du minimalisme, du vivalisme, du végan, qui restent encore, selon moi, des illusions pour se rassurer.

Je vois effectivement de plus en plus de véganes qui remangent de la viande…

Je vois également des personnes qui s’étaient isolées dans un éco lieu qui reviennent dans la civilisation.

La vie n’est pas faite pour vivre dans l’extrême, mais juste dans l’équilibre.

Nous avons besoin de solitude pour nous ressourcer, et nous connecter à nos propres énergies…

Mais nous avons besoin aussi des autres pour le partage et les liens sociaux.

Nous avons besoin de faire pour produire notre richesse, mais nous avons aussi besoin d’être pour ramener l’harmonie dans nos cellules.

Nous sommes dans la dualité, nous avons besoin de tout pour savourer le rien, et nous avons besoin de rien pour apprécier le tout.

Notre sentiment de solitude vient simplement du fait que nous ne sommes pas en accord avec notre identité profonde.

Nous avons tous besoin d’exister, mais pour nous et non pour les autres.

Si aujourd’hui vous ressentez ce sentiment de solitude, c’est parce que vous êtes encore en conflit entre vos désirs profonds et vos croyances.

Vous êtes encore au service de croyances qui appartiennent au collectif, à cette humanité qui marche sur la tête, et qui limite l’être humain.

Nous sommes des êtres spirituels, nous sommes énergie, nous sommes pure potentialité, nous n’avons aucune limite, hormis les limites du corps physique.

La vidéo de Stéphane :

la semaine de 15 heures avec Stéphane Bride-Bonnot