Estime de soi – triangle de karpman

la semaine de 15 heures avec Stéphane Bride-Bonnot

Pour se connecter à ce que nous sommes, il est indispensable de se détacher de toutes les étiquettes qui nous ont été collées depuis notre plus tendre enfance.

Nous pouvons également retirer toutes nos croyances, et comme évoluer sans croyances n’est pas évident, voire même impossible je crois bien, nous pouvons tout de même croire en ce qui nous fait du bien.

Nous pouvons recenser tout ce que nous avons fait depuis notre plus tendre enfance de positif, en terme de défi, en terme de créativité, tout ce qui nous a rendu fier, la liste peut être longue si on porte le focus dessus.

Nous pouvons éviter de fréquenter les personnes qui rabaissent et qui critiquent, et s’entourer de personnes qui nous valorisent, et qui ont confiance en nous.

Parce que nous sommes magnétique, et nous attirons à nous ce que nous sommes.

Et tant que nous restons identifié à notre ego, à notre histoire de vie, à notre passé, à nos croyances, à nos étiquettes, nous allons attirer à nous des personnes qui vont nous confirmer cette identité erronée.

Ce qui ne fera que de renforcer notre identité, et de continuer d’attirer les mêmes personnes.

Plus nous nous aimons, plus nous augmentons l’estime de nous, plus nous élevons nos vibrations, plus nous attirons à nous des personnes saines, et plus nous matérialisons des choses de valeur et agréables.

Puisque l’estime de soi, c’est la valeur que nous nous donnons.

Si vous avez été cambriolé dans les dernières semaines, ce n’est pas la faute du cambrioleur ( qui serait le bourreau, vous la victime, la police le Sauveur -> ça vous parle ? ) c’est parce que vous vous dévalorisez, toit simplement.

Le fait de vous sous-estimer, dévaloriser, vous vous enlevez de la valeur dans vos énergies, dans l’invisible, et ça se matérialise sous forme de vol de valeur dans la matière.

Le hasard n’existe pas, tout est synchronicité.

Nous sommes 100 % responsable de ce que nous vivons.

Et tant que nous ne prenons pas la responsabilité, nous ne pouvons pas transformer.

la semaine de 15 heures avec Stéphane Bride-Bonnot

Il en est de même pour toutes les femmes qui sont sous l’emprise de leur mec dans un couple de violences conjugales par exemple.

Parce que la femme est en carence affective, elle a attiré un homme en carence affective, les deux ont eu une enfance de merde.

Et la société va mettre une victime, un bourreau et la justice en tant que Sauveur.

Le jour où on apprendra aux victimes d’apprendre à s’aimer, elle ne pourront plus être la proie d’un bourreau.

Et bien entendu il serait judicieux aussi d’apprendre aux bourreaux à s’aimer.

D’ailleurs il n’y a pas de différence entre victime et bourreau, puisque c’est le jeu le triangle de Karpman.

Une personne qui est en mauvaise estime d’elle se posera en victime.

Mais la victime peut devenir bourreau ou Sauveur, puisque c’est un jeu de transfert d’énergie.

Je suis victime, je me plains, je pique l’énergie de l’autre.

Je suis bourreau, je suis en surplus d’énergie, non canalisée, elle se dégage dans la violence.

Et comme j’ai besoin de remonter en énergie, je vais me mettre en position de Sauveur pour prétendre à de la reconnaissance, donc de l’énergie.

Alors qu’en sortant de ce triangle de Karpman, je deviens responsable de ma réalité, et je vais chercher cette énergie dans mon cœur et non à l’extérieur.

Nous sommes #tousformidable ❤

la semaine de 15 heures avec Stéphane Bride-Bonnot