Être sur la défensive…

Partagez avec vos amis :

Nous sommes en pilote automatique, nous avons tellement envie d’être parfait par rapport au regard de l’autre, qu’au moindre stimuli extérieur qui ne rentre pas dans ce que nous voudrions être, nous nous fermons, nous nous mettons sur la défensive.

Pourquoi ?

Parce que nous sommes toujours dans l’ego, ce personnage fictif que nous souhaitons construire le plus pertinemment possible par rapport à ce que l’extérieur attends de nous.

Par exemple, alors que je fais du travail spirituel, je m’interdis d’être en colère.

Naturellement, si la colère est toujours ici, et il y a aucune raison qu’elle ne soit pas là, parce que à part chez les Bouddha, peut-être… si vous la niez, c’est comme si vous mettez un couvercle dessus, mais vibratoirement, elle est ici.

Quand il va revenir un stimuli extérieur identique, vous chargerez encore plus cette émotion colère en vous…

Et puis un jour, la cocotte-minute devra exploser.

Si un stimuli extérieur vous mets en colère ici et maintenant, c’est simplement parce qu’il résonne avec une mémoire qui est en vous.

L’autre n’est pas responsable, l’ignorer ou lutter contre n’est pas la solution.

La seule et unique issue à cette problématique de façon pérenne, est de reconnaître et d’accueillir cette émotion.

Nous sommes la vie, la vie doit circuler, une émotion c’est la vie, elle doit circuler.

Si parce que nous sommes en train de construire un personnage, nous nous interdisons de faire ressortir telle et telle émotion, nous sommes dans l’ego, et donc, dans la souffrance.

Une émotion qui surgit, elle doit vivre.

Que ce soit la colère, la tristesse, la culpabilité, peu importe…

Nous ressentons une émotion qui pointe le bout de son nez, nous la laissons venir dans la gratitude et dans l’amour.

Elle fait partie intégrante de nous, nous l’aimons, nous la chérissons.

Nous la reconnaissons, et naturellement elle va circuler et disparaître.

C’est ce que nous appelons conscientiser.

Plus nous laissons remonter d’inconscience en conscience, plus nous devenons conscient, plus nous élevons nos vibrations, plus notre réalité se transforme.

Pour cela, il faut aller au contact humain.

Puisque l’autre est notre miroir.

C’est l’autre qui va réveiller en nous des mémoires que nous ne voulions pas ressentir, parce que nous étions dans la fuite de la souffrance, dans un personnage fictif, en quête d’amour extérieur, dans l’illusion totale.

Ce n’est pas d’aller dans une cabane au fond de la forêt que vous allez solutionner vos problèmes, c’est de la fuite.

C’est en allant au contact de l’humain, et en laissant vivre ces émotions en les reconnaissant et en les accueillant, que vous solutionnez vos problèmes.

Nous ne pouvons guérir qu’à travers l’autre… puisque nous ne pouvons nous voir seulement à travers l’autre.

Il n’y a pas besoin de thérapie, puisque tout est vibratoire, dès lors que nous sommes dans l’instant présent, nous corrigeons tout ce qui est dans le passé, tout ce qui est dans le futur, et tout ce qui est en lien énergétique avec nous.

Si vous êtes au boulot, et que vous reconnaissez dans votre collègue, votre miroir, que vous l’accueillez, que vous le reconnaissez, que vous le bénissez, votre collègue peut devenir votre meilleur ami dès demain.

Mieux encore, les stimulis sur lesquels il appuyait qui réveillait vos souffrances, ressembleront fortement à des stimulis de vos bureaux de l’enfance, et par conséquent, vous n’aurez plus de ressentiments contre vos parents, vos compagnons, le problème disparaît de votre vie définitivement.

Nous n’avons pas besoin d’aller gratter dans le passé pour aller mieux.

Il suffit d’arrêter de juger et d’accueillir tout ce qui vient dans la gratitude à chaque instant de notre quotidien.

La vie est simple avec un grand S.

Nous sommes #tousformidable ❤

Partagez avec vos amis :