La vie se suffit à elle-même

Pensons que la vie est complète à elle seule.

La vie, c’est cette intelligence universelle qui communique entre chaque être vivant, qui permet que tout se produit de façon automatique, que ce soit la poussée des feuilles sur les arbres, la météo, les battements de notre cœur, le renouvellement de nos cellules…tout !

D’ailleurs quand on s’arrête uniquement là-dessus, c’est puissant la vie, non ?

Bien sûr que c’est puissant, puisque la vie, c’est l’abondance, l’amour inconditionnel, la divinité, l’unité.

Le problème de l’homme, c’est qu’il se croit intelligent et par-dessus la vie.

Autant un arbre ne va pas se demander s’il a plus de branches à gauche ou à droite, plus de bourgeons d’un printemps sur l’autre, que l’homme va tout de suite chercher à comprendre pourquoi il a un pet de travers le matin en se levant.

Et dès lors que nous rentrons dans le jeu de ces questions existentielles, alors nous dispersons notre énergie dans la préoccupation plutôt que dans la créativité.

Et nous avons le sentiment de faire du surplace, de ne pas être satisfait, parce que nous cherchons toujours autre chose que ce que nous avons ici et maintenant.

Cela développe en nous des peurs, et de là, nous ne prenons plus les bonnes décisions.

Si nous cherchons la santé, nous avons la possibilité d’être malade.

Si nous cherchons la richesse, nous avons la possibilité d’être pauvre.

Si nous cherchons la réussite, nous avons la possibilité de l’échec.

Si nous cherchons l’amour parfait, nous avons la possibilité du couple stérile.

Etc.

À l’opposé de la vie, il y a la dualité.

Cette dualité qui fait tant de mal à l’humain.

Si nous sortons de ce jeu de la dualité, pour se reconnecter dans notre cœur, et être en gratitude de tout ce que la vie a construit en nous et autour de nous depuis notre naissance, et même au-delà, si on compare notre existence aujourd’hui en 2020, par rapport à ne serait-ce, que 100 ans en arrière…

Pour moi, la gratitude est le fluidifiant qui permet de laisser circuler la vie en nous, sans blocage, sans résistance, sans grain de sable, sans attente…

Notre cerveau ne peut pas générer deux émotions en même temps, si nous sommes dans la gratitude, nous ne pouvons pas être préoccupé d’avoir une vie incomplète.

Si nous sommes dans la gratitude, nous sommes aussi dans nos ressentis, nous acceptons, et cela permet à la vie de circuler librement en nous.

Comme tout est vibratoire, en fonctionnant ainsi, nous ne faisons que d’élever notre conscience, et d’attirer à nous des choses toutes aussi merveilleuses les unes que les autres à chaque instant.

Vivons chaque instant comme si c’était la première fois que nous le vivions, comme si c’était une découverte, comme si c’était nouveau.

Si nous ne cherchons plus à réussir, si nous ne cherchons plus rien, alors nous n’avons plus besoin de nous plier à des règles qui nous conditionnent, dans des habitudes que nous ne voulons plus, parce qu’elles nous coupent de notre être, et nous empêchent de prendre du temps pour savourer “l’âme agit”.

C’est lorsque nous arrivons à nous comporter comme un enfant, insouciant, à savourer chaque instant au moment où il se présente, que nous sommes libéré.

Ne cherchons plus à faire, puisqu’il suffit d’être…

Ça tombe bien, puisque nous sommes des êtres humains, nous sommes #tousformidable 😉